• Auteur:

    kenkyo

  • Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • décembre 2019
    D L Ma Me J V S
    « déc    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  

environnement

Posté par kenkyo le 20 octobre 2010

Selon le conseil international de la langue française, il s’agit de l’ensemble des agents physiques ,chimiques,biologiques et des facteurs sociaux susceptibles d’avoir des effets directs ou indirects ,immediats ou a terme,sur les etres vivants et les activités humaines . Ce néologisme, issu de l’anglais, est pratiquement synonyme du mot français milieu qu’il a presque totalement supplanté .

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Glossaire d’ECOLOGIE

Posté par kenkyo le 18 octobre 2010

On trouvera ci-dessous le sens <> du vocabulaire habituellement utilisé pour parler écologie.

 Abiotique : Nombre d’individus d’une espèce par unité de surface ou de volume.

Aire de distribution géographique ou aire de répartition : Aire dans laquelle se rencontrent les individus de la même espèce .la distribution géographique d’une espèce est déterminer par la gamme de condition écologique à laquelle elle est capable de faire face ,une série de condition regrouper sous le terme d’amplitude écologique .l’aire de distribution est principalement déterminée par la présence ou l’absence d’habitat favorable .

 Autoécologie :Etude de l’influence des facteurs externes sur une espèces végétale ou animale .

Biogéographie : science dont l’objet est l’étude de la répartition des êtres vivants dans les divers écosystèmes continentaux et océanique.

Biome : Microsystème, c’est-à-dire écosystème de dimension régionales, qui sont à peu prés homogènes au point climatiques, en particulier en ce qui concerne les températures et les précipitations, et qui possède également une végétation caractéristiques.

Endogé : qui vit sous le sol, dans le substrat. Epigé : qui vit au dessus du sol

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

CAPRICE METEOROLOGIQUE ET SES CONSEQUENCES EN MAURITANIE

Posté par kenkyo le 17 octobre 2010

nous sommes aujourd’hui le dimanche 17 octobre 2010, tout etait  bien comme d’habitude ,le soleil eclaircissé la ville d’une lueure extraordinnaire .tout a coup au environs de 11h30 commence le balais des premiers nuages et puis des gouttelletes vers 12h40 et voila que à 1h24mn tres precisement la pluies s’abat sur la fragile ville de nouakchott . fragile ?,oui.car nouakchott, apres une tres petite quantité d’eau de pluie ,est noyé .

cependant la pluie n’est pas le seul facteur d’innondation il ya aussi celui de la monté de la nappe freatique qui est la principale cause de demenagement a nouakchott .il ya aussi le niveau de la ville qui est un veritable inconvennient

 

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

S.O.S chaleur intense

Posté par kenkyo le 16 octobre 2010

ll’astrophysicien Carl Sagan ,avait coutume de dire : <>

c’est cette couche ,d’une minceur infime , qui permet pourtant qe la vie existe sur notre planete .on l’appelle :………………………………et elle est extremement fragile .

<>

 

 

la concentration excessive de l’effet de serre sur cette parti de couche est le la cause premiere du rechauffement climatique et ceci entraine entre autre l’assechement des lacs  ,la fonte des glaciers polaires …etc                                        

                                                         78f3b358a4b558d5c831d6f56d182.jpg 

Debut d’assechement dans lac

 

 

                                                                                                                                                                 banquisegroenland12062790391357209.jpg     

fonte des glaces dans le pole nord

 

 

 

                                           cerclespolairesgroenland13527991841138337.jpg     

 Morceau de glaces au large du pole nord .

 

 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Bonjour tout le monde !

Posté par kenkyo le 15 octobre 2010

merci de votre visite

je m’appelle khalifa je suis etudiant et je suis engagé a sensibiliser les jeunes a travers le monde des risque qu’en cours notre planete face aux problemes ecologiques .

ce blog n’est pas que le mien ,mais aussi a vous, car c’est  grace a vous  ,a vos avis , idées qu’on arriveras a notre but :avoir un comportement ecologique irreprochable car sachons-le ,l’ecologie ne concerne pas seulement ceux qui etudie en ce domaine mais toutes la planete ;ce n’est pas le monde des ecologistes mais de nous tous .

 imgnew18082010145903.jpg

                                                            

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

poumon de la terre et le cycle de l’oxygene

Posté par kenkyo le 4 décembre 2010

Un cycle géochimique essentiel à la Vie sur terre est en grande partie contrôlé par l’océan. Il s’agit du cycle de l’oxygène libre (O2). Si la vie a pu se maintenir et proliférer à la surface du globe, c’est qu’elle a inventé un mécanisme de défense contre ce poison violent pour elle qu’est l’oxygène, ainsi que la capacité d’exploiter cette ressource. Ce mécanisme, c’est la respiration. En même temps qu’elle inventait ce mécanisme, elle en devenait dépendante.

Même si le rayonnement UV brise les molécules de vapeur d’eau (H2O) et de dioxyde de carbone (CO2) atmosphériques et produit ainsi de l’oxygène libre (O2), cette production est insignifiante en volume. L’O2 est essentiellement un sous-produit de la photosynthèse, ce processus qui, à partir du CO2 et de l’eau, utilise l’énergie solaire pour fixer le carbone dans des hydrates de carbone (CH2O), la matière des premières cellules végétales, ou encore des formes très simples de bactéries. Cette réaction dégage de l’oxygène comme nous l’avons vu au point précédent 3.4.2 et comme le répète l’équation au haut du schéma qui suit.

Le cycle de l’oxygène est donc un cycle court, attaché au cycle court du carbone organique. Au niveau des continents, la végétation, comme par exemple celle des grandes forêts, produit une certaine quantité d’oxygène grâce à l’activité de photosynthèse des végétaux. Le bilan net, sur plusieurs années, d’une forêt mature est pratiquement nul. C’est-à-dire qu’elle consomme autant d’oxygène qu’elle en produit, ne fournissant aucune quantité significative supplémentaire d’oxygène à l’atmosphère pour la respiration des animaux. C’est pourquoi il est faux de qualifier la grande forêt amazonienne de poumon de la Terre. Il y a bien d’autres raisons de vouloir protéger la forêt amazonienne, mais pas celle-là. C’est là une donnée importante à considérer lorsqu’on parle de puits de carbone dans la problématique actuelle des émissions de gaz à effet de serre.

C’est l’océan qui pratiquement à lui seul joue le rôle de régulateur de l’oxygène atmosphérique. La composante végétale du plancton, le phytoplancton, produit de l’oxygène grâce à la photosynthèse. Comme sur les continents, cet oxygène est utilisé pour la respiration par la composante animale du plancton, le zooplancton, et par les autres animaux marins, ainsi que pour l’oxydation de la matière organique. Cependant, une partie seulement de la matière organique est oxydée, l’autre partie se dépose au fond de l’océan et est incorporée dans les sédiments (voir au point 3.2.2 – les dépôts océaniques) où elle est gardée à l’abri de l’oxygène. Comme on l’a vu plus haut (point 3.4.2), cette matière organique sera éventuellement ramenée à la surface terrestre sous forme de combustibles fossiles, pétrole et charbon, ou de kérogènes, beaucoup plus tard dans le cycle géologique. Finalement, une partie de l’oxygène océanique est donc libérée dans l’atmosphère. Celle-ci est utilisée pour la respiration des animaux terrestres et dans les divers processus d’oxydation, comme celui du fer Fe2+. Dans une grande mesure, c’est donc le taux d’enfouissement du carbone organique, ainsi que celui de l’oxydation des matériaux terrestres qui vont contrôler le taux d’émission et la teneur en O2 dans l’atmosphère.

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

EFFET DE SERRE

Posté par kenkyo le 15 novembre 2010

Mécanisme sur Terre [modifier]

EFFET DE SERRE  dans Liens 220px-Effet_de_Serre

magnify-clip dans Liens

Une représentation schématique des échanges d’énergie entre l’espace, l’atmosphère terrestre, et la surface de la Terre.

220px-Radiation_transmise

magnify-clip

Si la majorité des rayonnements solaires traversent l’atmosphère pour toucher le sol (en rouge), la plus grande partie du rayonnement émis pas la Terre n’est pas transmise (en bleu) mais absorbée par l’atmosphère (en gris). L’absorption des rayons infrarouges est principalement due à la vapeur d’eau.

Lorsque le rayonnement solaire atteint l’atmosphère terrestre, une partie (environ 30 %) est directement réfléchie, c’est-à-dire renvoyée vers l’espace, par l’air, les nuages blancs et la surface claire de la Terre, en particulier les régions blanches et glacées comme l’Arctique et l’Antarctique, c’est l’albédo qui n’est pas représenté sur le schéma. Les rayons incidents qui n’ont pas été réfléchis vers l’espace sont absorbés par l’atmosphère (20,7 %) et la surface terrestre (51 %).

Cette dernière partie du rayonnement absorbée par la surface du sol lui apporte de la chaleur, autrement dit de l’énergie, qu’elle restitue à son tour, le jour comme la nuit, en direction de l’atmosphère sous forme de rayons infrarouges lointains (dans la plage 8-13 μm principalement). C’est le « rayonnement du corps noir ». Ce rayonnement est alors absorbé en partie par les gaz à effet de serre, ce qui réchauffe l’atmosphère. Puis dans un troisième temps, cette chaleur est réémise dans toutes les directions ; une partie s’échappe vers l’espace, mais une autre partie retourne vers la Terre et constitue un apport supplémentaire de chaleur à la surface.

Sans effet de serre, et à albédo constant, la température moyenne sur Terre chuterait à -18 °C[2]. Mais à cette température la glace s’étendrait sur le globe, l’albédo terrestre augmenterait, et la température se stabiliserait vraisemblablement en dessous de -50 °C [réf. nécessaire].

Les gaz à « effet de serre » [modifier]

Les gaz à effet de serre sont des composants gazeux de l’atmosphère qui contribuent à l’effet de serre. Ces gaz ont pour caractéristique commune d’absorber une partie des infrarouges émis par la surface de la Terre.

Les principaux gaz à effet de serre sont la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (ou protoxyde d’azote, de formule N2O) et l’ozone (O3). Les gaz à effet de serre industriels incluent les halocarbones lourds (fluorocarbones chlorés incluant les CFC, les molécules de HCFC-22 comme le fréon et le perfluorométhane) et l’hexafluorure de soufre (SF6).

Contributions approximatives à l’effet de serre des principaux gaz, d’après le GIEC : [2]

En tenant compte de l’effet de serre des nuages, l’ensemble vapeur d’eau + nuages représente au moins 90 % de l’effet de serre.

Effets des activités humaines [modifier]

Emission de GES.png

350px-Fichier-AtmosphericMethaneSouthAm%C3%A9rica

magnify-clip

L’élevage (bovin notamment) est une des sources de méthane, dont en Argentine (modélisation/Nasa)

La plupart des gaz à effet de serre (GES) sont d’origine naturelle. Mais certains d’entre eux sont uniquement dus à l’activité humaine ou bien voient leur concentration dans l’atmosphère augmenter en raison de cette activité. C’est le cas en particulier de l’ozone (O3), du dioxyde de carbone (CO2) et du méthane (CH4).
La preuve que l’augmentation du CO2 atmosphérique est d’origine humaine se fait par analyse isotopique.

L’ozone est fourni en grande quantité par l’activité industrielle humaine, alors que les CFC encore largement utilisés détruisent eux, l’ozone, ce qui fait que l’on peut constater un double phénomène :

  • une accumulation d’ozone dans la troposphère au-dessus des régions industrielles ;
  • une destruction de l’ozone dans la stratosphère au-dessus des pôles.

La combustion des carbones fossiles comme le charbon, le lignite, le pétrole ou le gaz naturel (méthane) rejette du CO2 en grande quantité dans l’atmosphère : la concentration atmosphérique de gaz carbonique a ainsi légèrement augmenté, passant de 0,030 % à 0,038 % en 50 ans. Seule la moitié serait recyclée par la nature, et l’autre moitié resterait dans l’atmosphère, ce qui augmenterait l’effet de serre. Un des secteurs d’activités qui dégagent le plus de gaz à effet de serre est l’énergie : à ce sujet, voir l’article énergie et effet de serre.

Les activités humaines dégagent donc une abondance de GES : les scientifiques du GIEC qui étudient le climat estiment que l’augmentation des teneurs en gaz d’origine anthropique est à l’origine d’un réchauffement climatique.

En France, selon le groupe Facteur 4, les émissions de gaz à effet de serre proviennent des transports pour 26 %, suivis de l’industrie (22 %), de l’agriculture (19 %), des bâtiments et habitations (19 %), de la production et de la transformation de l’énergie (13 %), et du traitement des déchets (3 %). Depuis 1990, les émissions ont augmenté de plus de 20 % pour les transports et les bâtiments. En revanche, elles ont diminué de 22 % dans l’industrie, de 10 % dans le secteur agricole, de 9 % dans le secteur de l’énergie et de 8 % pour le traitement des déchets[3].

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

PRATIQUE PENDANT CETTE SAISON DOUCE!!!

Posté par kenkyo le 9 novembre 2010

salut les potes

pendant cette saison  douce ,la tentation aux mauvais comportement sont en hausse chez surtout les jeunes ,n’en profiter ceci ne peut etre que trop nefaste a votre santé . voila quelques conseils tout de meme ecolos et biensur therapeutique alors profitez-en :

pour les sportifs : c’est dejas pas mal ,mais sachez que d’ore en avant votre corps a besoin d’energie et l’arret brusque de vos activités sportives entrainerais des troubles de fatigue de lourdeur du corps et en surplus de graisse .alors en peu de sports  il ne serais que pendant les week-end …

pour les moins  sprtifs et les filles :profitez -en ,il fait doux a nouakchott pourqoi pas faire les 100 pas sa ne fait pas de mal au contraire …en peu de gym,relaxé vous a fond pendant vos temps de congé …

NB: pendant ces moments les gens on tendence a moin boir,a fumer de plus en plus et pour certain a commencer a fumer et autres …prennez le du bon cote et vous passerais de bon moments sans nuire a votre santé

pensez a vous rehydrater de temps en temps ,

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

LE RECHAUFFEMENT CLIMAITIQUE

Posté par kenkyo le 29 octobre 2010

Et si nous faisions le point sur le réchauffement climatique?

Voir : Conférences de Gérard Mégie

En hommage à Gérard Mégie qui nous a quitté récemment, voici deux conférences de ce grand spécialiste de l’atmosphère et du climat terrestre. Gérard Mégie était président du CNRS et directeur de l’institut des sciences de l’environnement Pierre-Simon Laplace.

Auteur de plus de 240 publications scientifiques et de deux ouvrages : Stratosphère et Couche d’Ozone (Editions Masson 1991) et Ozone, l’équilibre rompu (Presses du CNRS 1989), Gérard Mégie a effectué des travaux portant sur le développement de méthodes de mesures originales des variables atmosphériques par sondage laser et sur la modélisation de la variabilité naturelle de l’ozone et de son évolution sous l’influence des activités humaines.

gérard mégie cnrs
Qualité de l’air et de l’atmosphère (14 octobre 2000)
Les enjeux scientifiques des changements environnementaux
(3 juillet 2003)

 

Lire : Climat : Jeu dangereux

Climat: jeu dangereux de Jean Jouzel (Directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace, Directeur de recherches au CEA) et Anne Debroise (Journaliste scientifique).

Il n’y a plus de doutes : le climat change. Cependant, malgré une prise de conscience, les mesures tardent à venir. De fait, nous en savons encore peu sur l’évolution du climat et sur ses conséquences. Ce livre, rédigé dans un style très convivial par un grand spécialiste et par une journaliste scientifique, tente de répondre à quelques questions cruciales :
«Quel temps faisait-il hier?«, «Quel est l’impact de l’activité humaine sur le climat?«, «Dans quel monde vivront nos enfants?«, «Que faire?«…
De très nombreux exemples illustrent le propos des auteurs : ils nous aident à mieux comprendre les enjeux pour l’humanité tout entière.

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Réchauffement climatique

Posté par kenkyo le 29 octobre 2010

Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d’augmentation de la température moyenne des océans et de l’atmosphère, à l’échelle mondiale sur plusieurs années. Dans son acception commune, ce terme est appliqué à une tendance au réchauffement global observé depuis les dernières décennies du XXe siècle.

Un Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, le Giec, élabore un consensus scientifique sur cette question. Son dernier et quatrième rapport, auquel ont participé plus de 2 500 scientifiques de 130 pays[1], affirme que le réchauffement climatique depuis 1950 est très probablement[c 1] d’origine humaine. Ces conclusions ont été approuvées par plus de 40 sociétés scientifiques et académies des sciences, y compris l’ensemble des académies nationales des sciences des grands pays industrialisés.

Les projections des modèles climatiques présentées dans le dernier rapport du Giec indiquent que la température de surface du globe est susceptible d’augmenter de 1,1 à 6,4 °C supplémentaires au cours du XXIe siècle. Les différences entre les projections proviennent de l’utilisation de modèles ayant des sensibilités différentes pour les concentrations de gaz à effet de serre et utilisant différentes estimations pour les émissions futures. La plupart des études portent sur la période allant jusqu’à l’an 2100. Cependant, le réchauffement devrait se poursuivre au-delà de cette date même si les émissions s’arrêtent en raison de la grande capacité calorifique des océans et de la durée de vie du dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Ce phénomène implique de fortes conséquences humaines et environnementales à moyen et long terme.

Des incertitudes sur la hausse de température globale moyenne subsistent du fait de la précision des modélisations employées, et des comportements étatiques et individuels présents et futurs. Les enjeux économiques, politiques, sociaux, environnementaux, voire moraux, étant majeurs, ils suscitent des débats nombreux, à l’échelle internationale, ainsi que des controverses.

Publié dans Liens | 2 Commentaires »

123
 

DIANE REDESSANNAISE |
apestouendaunis |
lepapierdanstoussesetats |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Loupiaux de Notre Dame ...
| A&A
| Association Amour Espérance...